Sélectionner une page

Économie Collaborative : origines et philosophie

25
FÉVRIER, 2016

Le Crowdfunding, ou financement par la foule, ou financement participatif, est un phénomène né de l’émergence de l’économie collaborative. Pour comprendre ce nouveau moyen de financement, il est nécessaire de comprendre l’origine et la pensée de l’économie collaborative.

L’économie collaborative, est un phénomène qui a changé le visage de notre façon de consommer.

Apparu avec la démocratisation d’internet, l’économie collaborative peut être définie comme différentes pratiques favorisant les échanges ou la participation de la communauté.

À l’image des nouvelles technologies dans la Silicon Valley à une autre époque, San Francisco est aujourd’hui le berceau de cette économie du partage qui ne pèserait pas moins de 3,5 milliards de dollars selon le magazine Forbes.

La partage n’est pourtant pas une idée si nouvelle. Cela fait partie des habitudes des êtres depuis des millions d’années. Les coopératives, créées il y a des dizaines d’années, sont un exemple de notre capacité à faire de notre économie une économie collaborative. Pourtant nous nous sommes mis des barrières et enfermés dans nos cocons pour vivre dans une économie où la possession est maître (Rachel Botsman, 2014).

« L’économie collaborative est un phénomène conjecturel lié à la crise économique »

Selon Rachel Botsman, auteur de What’s Mine Is Yours: The Rise of Collaborative Consumption (2011), quatre éléments sont à l’origine de cette économie du partage:

  • un renouveau dans la croyance de l’importance des communautés.
  • un nombre incalculable de réseaux peer-to-peer et de technologies en temps réel.
  • des problèmes environnementaux qui ont besoin de trouver une solution.
  • une crise économique mondiale qui a fondamentalement changé nos comportements de consommation.
Rachel Botsman – Spécialiste de la « sharing economy »

La crise économique : le déclencheur

La crise économique a été le premier élément qui a fait se questionner les consommateurs. Poussés à trouver des solutions alternatives pour faire des économies et donc consommer autrement, ils se sont tournés vers ce qu’ils avaient déjà pour gagner de l’argent. En effet, selon une Etude IFOP pour Alittle (2014), pour 76% des français l’économie collaborative est un phénomène conjecturel lié à la crise économique

Après une ère de consommation de masse et le sacre de la possession, l’économie collaborative change nos paradigmes en privilégiant l’accès à la possession (Global Partage, 2014).

La voiture, symbole absolu de la consommation de masse, devient un moyen pour les ménages de faire des économies. Pourquoi s’en priver alors qu’en moyenne une voiture reste inactive 92% du temps. L’économie collaborative a trouvé la solution pour que ce temps perdu soit utilisé et devienne une source de revenus. Et les exemples se multiplient: livres, CD, DVD, vêtements, outils… tous ces objets qui restent entassés dans nos maisons et qui retrouvent une valeur une fois dehors. Tout ceci a évidemment un impact sur l’environnement. Depuis longtemps nous cherchons des solutions intelligentes pour réduire notre impact sur la planète. Et il semblerait que cette économie y réponde.

Documentaire « Global Partage » diffusé sur Canal+

Dans économie collaborative n’oublions pas la collaboration

Mais l’économie collaborative n’est pas seulement le partage c’est également la collaboration. La philosophie de la « sharing economy » c’est aussi de faire passer la communauté avant tout et de récréer du lien social. Il y a quelques années vous auriez sûrement été sceptique de louer votre voiture à votre voisin, d’échanger un bouquin avec un inconnu. Aujourd’hui les gens ont envie de se faire confiance. (Re)vivre ensemble, c’est aussi l’économie collaborative.

Grâce au Web ces nouvelles activités de partage et de collaboration ont pu se développer à une vitesse folle. La démocratisation d’internet a permis aux entreprises de proposer aux consommateurs une meilleure façon de consommer. Les jeunes de la génération Y (nés entre 1980 et 1995) sont les précurseurs de ce nouveau mode de consommation. Nés avec un ordinateur et internet dans les mains, ces « digital natives » qui n’ont connu que la crise utilisent aujourd’hui internet et les réseaux sociaux pour changer leur manière de vivre.

Ainsi, Marine Fournier, Journaliste pour Sciences Humaines (2005) décrit la relation de la génération Y avec les réseaux sociaux : « Les réseaux sociaux constituent le support principal d’une nouvelle solidarité générationnelle, dans laquelle l’entraide est devenue centrale pour déjouer les obstacles et inventer un système D dans un monde qui ne leur fait pas de cadeau. »

Plus que des geeks derrière un ordinateur les jeunes de la génération Y utilisent ces nouvelles technologies pour se faire une place dans le monde.

Petit à petit tous ces éléments ont convaincu que notre modèle économique et notre modèle de vie ne convenaient plus. Les dirigeants de nos pays n’ayant pas trouvé de solution à notre crise économique et aux problématiques environnementales majeures que notre planète rencontre, ce sont les citoyens qui ont repris le « contrôle de leur économie » (Global Partage, 2014).

Pour aller plus loin, on vous conseille cette vidéo TED de Rachel Botsman :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette article vous a plu ? Inscrivez vous ici pour en recevoir plus :

Crowdfunding Factory

Copyright © Lucie Le Borgne SAS, Tous droits réservés. Mentions légales.

Inscrivez-vous à notre newsletter

 

Rejoignez notre mailing list pour recevoir nos conseils et actualités sur le crowdfunding.

Vous vous êtes inscrits avec succès !

Pin It on Pinterest

Share This